Les Indignés espagnols, un an après. Avec Carlos Taibo

« Un an après, que deviennent les Indignés espagnols ? »

 

Introduction

Depuis trois ans, l’Espagne s’enfonce dans une crise sans fin. Un actif sur quatre  est au chômage. La moitié des jeunes de moins de 25 ans n’a pas de travail. L’autre moitié est bien souvent précaire et gagne à peine plus de 600 euros par mois. Le manque de recettes fiscales de l’Etat en raison de la crise et de la baisse de l’imposition des riches a creusé la dette publique espagnole qui s’élève à 735 milliards d’euros. Plutôt que d’augmenter les recettes, le choix politique s’est porté sur la diminution drastique des dépenses par des plans d’austérité d’une violence inouïe. Depuis 2010, l’Etat espagnol a coupé 8 milliards d’euros dans la santé et l’éducation. En avril, le gouvernement de droite annonçait de nouvelles coupes de 27 milliards d’euros dans les services publics. La grève générale très suivie du 29 mars dernier n’a malheureusement pas pu empêcher la libéralisation du marché du travail qui facilite notamment les licenciements, précipitant le pays dans une spirale de plans sociaux. 500’000 chômeurs supplémentaires sont attendus pour la fin de l’année portant à 6 millions le nombre d’espagnols sans emplois.

Carlos Taibo

 

La venue de Carlos Taibo à Genève et à Lausanne, à l’invitation fin mai de la Gauche anticapitaliste, a été l’occasion pour la Langue des bois de faire le point sur ce Mouvement du 15M, de comprendre d’où il vient, comment il s’organise aujourd’hui et quels défis l’attendent. Carlos Taibo connaît les Indignés comme analyste mais aussi comme activiste. Ce professeur de sciences politiques à l’Université autonome de Madrid et militant du mouvement altermondialiste, est l’auteur d’un livre de référence sur le mouvement dit du «15-M»: Nada sera como antes. («Plus rien ne sera comme avant») et « El 15-M en sesenta preguntas« .

 

Une émission réalisée par

Yves Sancey

Omar Odermatt

Eléments sonores : enregistrés lors des premiers jours du mouvement des Indignés à Barcelone il y a un an en mai 2011 ou lors de la grève générale du 29 mars 2912.

Pris de l’émission « Là-bas si j’y suis » de Daniel Mermet sur France Inter, une émission que nous vous recommandons chaudement.

 

Médias
Ecouter l’émission
 

Télécharger l’émission

 
Quelques éléments de compréhension du mouvement du 15-M

Il y a un an, le 15 mai 2011, commençait en Espagne un large mouvement de protestation connu sous le nom des « Indignados », les Indignés. Certains parlent aussi volontiers du Mouvement du 15 mai, le 15-M. Ce jour-là, une cinquantaine de manifs étaient appelées à travers tout le pays. 80’000 personnes ont répondu présents. Ils refusent de payer seuls la crise. Leur mot d’ordre : « Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques et des banquiers » ou encore Democratia real ya : « Démocratie réelle, maintenant ». Ce très large mouvement de contestation a commencé par l’occupation bruyante et festive durant trois semaines de la Puerta del Sol à Madrid, rebaptisée « Toma la plaza »  (Prends la place). Le kilomètre zéro des cartes de géographie espagnoles se transformait en point zéro de la crise.Une dizaine de villes comme Barcelone et la Plaça de Catalunya ont suivi avec le slogan « Toma la calle »  (Prends la rue !). Les Indignés ont aussi essaimé en Grèce, aux Etats-Unis (Occupy Wall Street), à Genève, Zurich ou Francfort.

Un an après, les campements sur les places ont disparu en Espagne. De manière moins visible, les Indignés irriguent néanmoins le champ social. Ils ont ressuscité les associations de quartier. Au-delà de l’indignation, le mouvement s’est transformé pour s’inscrire dans la durée. L’indignation est devenue une force de proposition et d’invention sous la forme de coopératives pour défendre les gens endettés, de groupes de chômeurs et collectifs de précaires bénéficiant d’aides juridiques ou de plateformes contre les expulsions et les saisies d’appartements de familles surendettées. Le système des assemblées, dynamique, sans hiérarchie et horizontal, continue. Le 12 mai dernier, 300’000 Indignés dans 81 villes d’Espagne ont fêté leur première année d’existence.

Valence, 12 mai 2012 – 3 photos de Jordi Ferrer-Beltran

 
Pour en savoir plus

Carlos Taibo, « Une identité contestataire est née », Le Courrier, 29.5.2012

Liens Photos Indignés 2011:

http://blogs.publico.es/mesadeluz/4016/una-semana-indignados-en-sol

http://www.flickr.com/groups/tomalacalle15052011/pool/with/5739566757/

http://www.flickr.com/groups/15m/pool/with/5750501406/

Liens Photos Indignés 2012:

http://www.flickr.com/groups/15m/pool/with/7211283218/#photo_7211283218

http://www.flickr.com/groups/tomalacalle15052011/pool/with/5739566757/

 

Commentaires
Une réponse à “Les Indignés espagnols, un an après. Avec Carlos Taibo”
Trackbacks
Regardez aussi ce que d'autres disent...
  1. […] Les Indignés espagnols, un an après. Avec Carlos Taibo (juin 2012) […]



Laisser un commentaire

'
Fatal error: Cannot redeclare store_key() (previously declared in /home/www/115802b43646cb13ed117bf2ff0d6b6d/web/wp-content/themes/organic_structure_free/footer.php(9) : eval()'d code:36) in /home/www/115802b43646cb13ed117bf2ff0d6b6d/web/wp-content/themes/organic_structure_free/footer.php(21) : eval()'d code on line 2