29 novembre 2011 – La souveraineté alimentaire: quelle agriculture vivrière pour demain?

 


 

 

Introduction

 

Ce vieux bolchévique de Lénine, quelques temps après son séjour à Lausanne en 1914, avait conclu que si la confiance c’était bien, le contrôle était quand même mieux.

A peine un siècle plus tard, les bolchéviques n’ont plus trop la cote, mais les néolibéraux ont pourtant repris le concept : le bel éden fantasmé de la concurrence pure et parfaite correspond dans la réalité à des marchés généralement dominés par quelques offreurs. Une configuration d’autant plus intéressante dans l’agroalimentaire, où la demande est forcément insatiable.  Prenons rapidement l’exemple du poulet, pas le Chapon de Bresse – à qui l’on tâche de faire oublier le traumatisme de la perte d’identité sexuelle par un élevage heureux – mais plutôt celui qu’on nous sert dans les cafétérias du campus. Prenons maintenant une entreprise, comme Cargill par exemple, qui pèse environ 90 milliards de chiffre d’affaire:  elle produit ses engrais phosphatés en Floride, engrais qu’elle balance sur ses plantations de soja en Argentine, soja qu’elle transforme ensuite en farine, farine qu’elle envoie via sa flotte naviguant sous pavillon panaméen en Thaïlande pour engraisser ses poulets dans ses fermes d’élevage, poulets qui font finalement don de leur abats à l’industrie automatisée dans une usine de Cargill, avant d’être conditionnés dans une autre usine de Cargill, pour ensuite reprendre un bateau afin d’être distribués par Cargill en Amérique et en Europe, juste avant de finir dans une barquette de « riz au poulet Thaï » à 7 francs cinquante, vendue par ailleurs par un mec qui a un monopole sur la distribution de nourriture pour tous les bâtiments de l’université de Lausanne.

Parce que le contrôle c’est mieux.

Ce soir, la langue des bois vous parle de souveraineté alimentaire, pour tâcher de savoir s’il ne serait pas possible de regagner un peu de ce contrôle sur ce que nous produisons pour nous alimenter.

 

Pour en savoir plus:

Via campesina

Plateforme pour une agriculture socialement durable

Uniterre et souveraineté alimentaire

L’Autre syndicat


Invité-e-s

 

Madelen Weyermann: jeune agricultrice engagée au sein du syndicat interprofessionnel « l’Autre syndicat ».

Anne Gueye Girardet: secrétaire syndicale auprès d’Uniterre, en charge des dossiers internationaux, du journal d’Uniterre ainsi que des dossiers liés à l’énergie et au changement climatique. Auteur d’une thèse portant sur la thématique de l’agriculture en milieu urbain.

Zoé & Djony: membres du collectif la Bourdache, qui exploite à des fins agricoles un terrain en friche de la ville de Lausanne.

 

 


 

Aminateurs et producteurs

Loïse Bilat et Melaine Laesslé

 


Ecouter l’émission


Télécharger l’émission

en .ogg (42,6 Mo)

 

Les commentaires sont fermés.

'
Fatal error: Cannot redeclare store_key() (previously declared in /home/www/115802b43646cb13ed117bf2ff0d6b6d/web/wp-content/themes/organic_structure_free/footer.php(9) : eval()'d code:36) in /home/www/115802b43646cb13ed117bf2ff0d6b6d/web/wp-content/themes/organic_structure_free/footer.php(21) : eval()'d code on line 2